Renard: « Il me tient à coeur que l’organisation pour les enfants soit irréprochable »

Antoine Renard (en noir) a notamment été gardien à Gesves.

Parfois, pour ne pas dire pratiquement toujours, la passion du sport se transmet de père en fils. A Geer, on en retrouve de beaux exemple: Antoine Renard, par exemple, cumule différentes fonctions au sein de notre club et a emmené son jeune fils sur nos terrains.

Quelle histoire partages-tu avec le football, de manière générale ? 

J’ai commencé le foot à l’âge de 7 ans dans un club de la province de Namur évoluant en P2 à l’époque, le RES Gesves

Dès le premier match j’ai joué comme gardien, une place que je n’ai plus quitté jusqu’à l’âge de 25 ans à l’arrêt de ma carrière suite à une blessure au genou. De suite mon papa m’a inscrit pour les entraînements spécifiques gardiens à l’ERFA (Ecole Royale Football d’Andenne), ce qui m’a entre-autre permis d’effectuer des tournois à l’étrangers (chez les Girondins de Bordeaux, par exemple) et d’intégrer pendant 3 années des stages de perfectionnement au Cap Giresse (Ecole de foot créée par Alain Giresse ,joueur de l’équipe nationale française dans les années 80).

J’ai joué de 1994 à 1998 au RJ Wavre en nationaux et puis je suis revenu comme gardien en équipe première à Gesves. J’ai également pu intégré à plusieurs reprises l’équipe type en P2A Namuroise.

Je suis aussi le papa d’Arthur qui lui joue dans l’équipe des U9 de Geer où j’occupe la fonction de délégué maintenant depuis 4 ans.

Tu cumules plusieurs « fonctions » au sein du club, peux-tu nous en dire plus ? Comment arrives-tu à jongler avec les différents avis que tu peux avoir suivant la casquette que tu portes ?

En effet, je cumule certaines fonctions au sein du club. Pour commencer je suis délégué des U9 depuis maintenant 4 ans avec Pascal Musique comme entraîneur. Nous formons un excellent binôme tant au niveau sportif qu’extra sportif.

A la reprise du championnat 2018-2019 j’ai proposé mes services en tant qu’entraîneur des gardiens pour les équipes U6-7-8-9-10 et nous avons aujourd’hui les premiers résultats qui se font ressentir selon les différents entraîneurs. C’est très encourageant.

Pour terminer, notre président Breels m’a accordé sa confiance en me demandant d’intégrer le comité du club, confiance que j’ai acceptée et j’ai pu ainsi participer à la première réunion ce 15 novembre. L’emploi du temps n’est pas trop difficile à gérer : Arthur a ses entraînements le mercredi et le vendredi, je peux donc ainsi occuper la fonction d’entraîneur des gardiens le mercredi pendant l’entraînement des U9 et de même le vendredi comme délégué. Le samedi, jour des matchs je suis à la fois délégué mais aussi papa ! Enfin, les réunions de comité se faisant en soirée, il est donc facile de se libérer.

Chacune de ses fonctions m’apporte du plaisir de par l’évolution des jeunes gardiens, de l’organisation pour notre équipe et les autres équipes. Il me tient particulièrement à cœur que l’organisation pour les enfants soit irréprochable dans le but que ceux-ci se sentent soutenus, mais surtout encadrés.

En tant que parents de jeunes, comment vois-tu l’évolution du club ces dernières années ? 

J’ai un cas concret à expliquer ce qui est pour moi le début de mon implication au sein du club.

Il y a 4 ans, Pascal Musique et moi-même avons décidés de reprendre l’équipe car nous étions à Oreye avec une équipe incomplète, sans entraîneur, sans délégué, sans vareuses et sans ballons. Ayant tous les deux une certaine expérience, Pascal s’est proposé comme entraîneur et moi comme délégué et nous sommes aujourd’hui avec un groupe de 9 joueurs identiques depuis le début avec une excellente progression au sein du groupe et une excellente entente parentale également.

En tant que parent, je ne peux que constater que l’équipe structurelle d’aujourd’hui, composée et mise en place par le coordinateur des jeunes (Christian Champagne), a énormément influencé la qualité de la vie des jeunes au sein du club. Je rencontre des enfants épanouis, équipés et heureux d’évoluer à Geer.

Le club propose également des activités tels que participer à des matchs de division 1. Pour les enfants, c’est une récompense: ils se donnent pour leur club, leur équipe et le club leur rend tout aussi bien. Chaque entraîneur au sein du club apporte son maximum et cela se voit dans les résultats des équipes. Mais c’est surtout le nombre d’enfants affiliés au club par rapport à il y a 5 ans qui le prouve !

À tes yeux, que faudrait-il encore améliorer pour que notre club se développe encore un peu plus ? 

Le club est en plein développement, il suffit de voir le nombre d’affiliés croître annuellement.

Au niveau infrastructures, avec l’arrivée du nouveau complexe, je pense que ces prochaines années ne seront que bénéfiques pour nos jeunes , notamment avec de nouveaux vestiaires et de nouveaux terrains.

Pour ma part je trouve qu’il serait opportun pour nos jeunes de rencontrer d’autres clubs que ce soit d’autres provinces ou même de pays limitrophes car on se concentre trop sur les clubs voisins. Finalement, rencontrer toujours les mêmes équipes ne nous permet pas d’explorer d’autres horizons. En fonction des résultats de chacun, je trouverais tout aussi intéressant que les entraîneurs, délégués soient directement impliqués dans le choix des séries pour les championnats futurs.

Comme dans tous les clubs, le débat existe entre la relation équipes premières / équipes de jeunes, que ce soit en terme du manque d’investissement des seniors vis-à-vis des jeunes, ou d’un manque d’identification des jeunes par rapport aux équipes premières. Quel est ton avis à ce sujet ?

Je dois avouer avoir tiré une « gueulante »  il y a deux ans car les équipes premières et la création de l’équipe féminine ont pris le dessus, me semble-t-il, au sein du club par rapport aux jeunes. Trop de choses tournaient autour des seniors et les enfants n’étaient pas assez mis en avant.

Les membres des équipes premières devraient à mon sens plus s’investir auprès des jeunes en venant par exemple arbitrer le samedi (en cas de carte jaune ou rouge la semaine précédente par exemple, et ce comme «  sentence »), participer au festiFoot ou même se proposer comme entraîneur d’une équipe.

En tant que délégué de l’équipe U9, qui est toujours invaincue depuis le début de la saison, au-delà des résultats, comment vois-tu l’évolution des joueurs ? Quel est le rôle de Pascal Musique, le coach, dans cette évolution ? 

Pascal et moi sommes super satisfaits de ce groupe car effectivement nous sommes invaincus depuis le début de saison.

Il est un excellent entraîneur avec une énorme qualité de pédagogue, et sans oublier un palmarès footballistique impressionnant.

Les enfants évoluent très bien que ce soit tactiquement, physiquement et intrinsèquement grâce à lui. Il est vraiment le patron et les enfants adorent sa qualité d’entraîneur. Il partage son expérience avec ceux-ci et il est respecté, mais surtout il est écouté, les consignes données à l’entraînement sont appliquées en matchs, ce qui nous vaut de très belles phases de jeux et souvent celle-ci sont saluées par l’équipe adverse.

Notre objectif sera de continuer sur notre lancée mais surtout de créer une équipe forte et soudée pour l’année prochaine car nous voulons les préparer au maximum à passer du foot à 5 vers le foot à 8, ce qui sera pour eux un énorme changement en termes de jeu et de taille de terrain. Progressivement après la trêve, nous allons commencer à organiser des matchs amicaux.

La cerise sur le gâteau serait de rester avec le nombre maximum de victoires  mais ce n’est pas notre priorité.

 

Propos recueillis par Bruno Philippe – Priscilla Lénaerts