N. Henkinet: « Je veux prouver aux joueurs qu’à l’échelon supérieur, ils pourront aussi s’imposer »

Après la nouvelle concernant Thibaut Mahiels, désormais entraîneur de notre P3, nous vous l’annonçons également: Nicolas Henkinet, coach de notre P2, le restera l’an prochain !

Que ce soit en P1 ou en P2, le Président de Geer vient d’annoncer ta reconduction pour la saison 2019-2020. Comment te sens-tu par rapport à ça ?

Cela me fait énormément plaisir. Au début de cette saison, le souhait du Président était de choisir un coach qui ne comptait pas juste s’investir dans le très court terme au sein du club mais bien de poser certaines bases. Je suis très heureux que les résultats suivent, parce que ça permet de donner de la crédibilité à ce projet. Si les résultats n’avaient pas été au rendez-vous, on n’aurait plus vraiment parlé de moi, et ce peu importe mon passé au club.

Tu entraînes maintenant depuis 8 mois. Quelle est ta plus grande satisfaction à l’heure actuelle ? Et à l’inverse, qu’est-ce qui t’a le plus marqué négativement ?

Ma plus grande satisfaction, c’est la relation que j’ai pu bâtir avec mon groupe, plus en tant que joueur, mais bien en tant que coach cette fois. Je pense qu’il y a un vrai respect mutuel entre nous et tout le monde reste à sa place. C’était cette saison je pense notre plus gros défi, à tous, et j’en suis très fier.

Ce qui me marque peut-être plus négativement, c’est le manque de respect de certains acteurs, sur et en dehors du terrain. Quand on est joueur, on s’en rend moins compte, parce qu’on est focalisé sur notre match. Quand on est coach, on veut protéger son groupe le plus possible.

Avec ton staff, vous allez pouvoir commencer à travailler sur le noyau de la saison prochaine, quelles seront vos priorités, en attendant se connaître votre sort (P1 ou P2) ?

La priorité, conserver un maximum de joueurs du noyau actuel. Il y a des ajustements à faire mais tous se battent pour un but commun, la P1. Je veux qu’ils puissent y jouer et leur prouver qu’à l’échelon supérieur, ils pourront aussi s’imposer. Après il y a des profils que l’on recherche plus particulièrement comme un défenseur central, un attaquant,… De toute façon, si des joueurs partent, il faudra les remplacer.

Ton staff justement est jeune, avec Bruno Philippe (T2) qui est encore joueur, mais aussi tes deux frères . Comment se passe la collaboration avec eux ? Resteront-ils l’an prochain ?

Bien sûr ! On forme une super équipe. Tous les jours on communique et sans eux, cela ne serait pas pareil. Seul on n’arrive à rien et j’ai la chance d’être entouré par de bonnes personnes de confiance. De plus, avoir mes deux frères dans le staff, ça n’a pas de prix.

 Le club grandit d’année en année : de nouvelles infrastructures sont attendues, une équipe féminine s’est développée et l’école des jeunes ne cesse de s’améliorer. Comment te sens-tu dans ce club que tu connais par cœur ? Et qu’aimerais-tu lui apporter pour l’aider à se développer davantage ?

La P1 sans aucun doute. C’est l’élite provinciale et j’ai à cœur de l’offrir à tous nos bénévoles et supporters. Ils sont tellement courageux. De plus, ça serait un beau porte-drapeau pour nos jeunes qui, je l’espère, un jour pourront intégrer le groupe. Je n’attends que ça. En provinciale, on doit absolument jouer avec un maximum de joueurs de la région pour asseoir l’identité du club.

D’un point de vue plus personnel, tu as obtenu ton Brevet C et passe actuellement le Brevet B. Quelles sont tes ambitions à ce sujet ?

En effet je suis actuellement dans la formation du Brevet B. Disons que je veux aller aussi loin que le système me le permettra, tant que tout se goupille bien avec les cours, le travail, les entraînements et la vie de famille. Je veux pouvoir faire les choses au mieu et me perfectionner dans le coaching. Lire beaucoup de livres et décrocher quelques diplômes est vraiment utile pour mon développement. Sans oublier des coaches comme Eric Kerstenne ou encore  André Jamers qui m’ont appris pas mal de choses. L’expérience reste irremplaçable.