Maramieri: « J’avais envie de revenir à l’essentiel, le plaisir d’être sur le terrain! »

Caroline, en rouge, a rejoint l'équipe cette saison.

Avec des hauts et des bas, la première saison en championnat de nos féminines bat son plein. L’équipe peut en tout cas compter sur de nouvelles recrues de qualité, qui leur permettent d’avancer à une vitesse fulgurante malgré les difficultés. C’est le cas notamment de Caroline Maramieri, leur nouvelle meilleure buteuse, au passé footballistique déjà bien riche.

Comment te présenterais-tu en quelques mots? Comment as-tu commencé le football?

J’ai commencé le foot a l’âge de 6 ans a Waremme. J’y ai joué 2ans jusqu’à ce que mon frère arrête de son côté et que j’y sois moi-même obligée. Je suis retombée dedans à 18ans, d’abord dans un club de mini-foot. De fil en aiguille, j’ai rencontré des gens qui m’ont redirigée vers le Football de terrain. J’ai joué 5 ans à Antheit, et nous sommes parvenues à nous glisser une saison en D3. J’ai ensuite du faire une pause carrière pour donner naissance à mon petit loup, puis le club s’est arrêté.

J’ai alors atterri à Jodoigne et j’y ai joué pendant 3 saisons. Je suis finalement partie de là car je ne m’y retrouvais plus et que j’avais envie de revenir à l’essentiel, le plaisir d’être sur le terrain et l’ambiance d’après match!

Sur le terrain, quel est ton placement de prédilection ?

Je n’en ai pas une en particulier, j’ai toujours joué là où on avait besoin de moi. Du moment que je touche du ballon, ça me convient! Cela dit, si je devais citer une de mes qualités et un de mes défauts sur le terrain, je dirais le même pour les 2: ma compétitivité! Une qualité car elle me permet de ne rien lâcher et de donner le meilleur de moi-même et un défaut car elle me fait prendre parfois les choses trop a cœur et m’amènerait a dire des choses qui pourraient blesser.

Tu viens seulement de rejoindre le groupe. Comment y trouves-tu l’ambiance ?

Je suis arrivée à Geer grâe à Bob. J’avais vu dans le journal qu’une nouvelle équipe se créait et je me suis dit que c’était sympa d’avoir un club plus près de chez moi… J’y ai pas mal songé et la saison s’étant mal passée dans mon ancien club, je me suis dit pourquoi pas. Je connais Bob depuis des années et quand j’ai vu qu’il était entraîneur, je me suis lancée car c’est toujours plus facile de débarquer quelque part quand on connaît quelqu’un. Et je ne regrette pas! Je me sens vraiment bien et j’ai hâte de retrouver tout le monde à chaque occasion.

Que penses-tu du début de la saison de ton équipe ? Es-tu satisfaite ?

Des débuts un peu difficiles. En même temps, première saison en championnat pour des filles qui n’ont jamais joué, ce n’est pas simple. On ne lâche rien à chaque match et c’est ça le principal. On commence à trouver nos marques et je suis sûre que la roue va tourner!

À tes yeux, l’objectif fixé en début de saison (le top 5) est-il réalisable ? 

On a les filles et les qualités pour le faire! On a eu un manque de réalisme qui nous a coûté des points mais le problème semble se régler et je pense qu’on va créer pas mal de surprises d’ici la fin de saison.

Tu es désormais la meilleure buteuse de l’équipe, une surprise pour toi ? As-tu un objectif de but final pour la fin de saison ?

Une surprise, oui complètement! Ce n’est pas quelque chose qui m’avait traversé l’esprit quand la saison a commencé. J’ai toujours plus été à l’assist qu’à la finition mais ça me convient aussi. Je n’ai pas d’objectif précis, le principal est d’engranger des points et ce peu importe qui plante les buts.

Il est peut-être encore un peu tôt pour en parler, mais te vois-tu continuer à Geer l’an prochain ? Et si oui, que voudrais tu voir encore évoluer au sein de l’équipe, du club ?

Tout à fait! Je m’y sens bien et à moins d’un gros « couac » je ne vois pas pourquoi je partirais… Pour l’année prochaine je dirais que, vu que le nombre de filles a doublé d’un coup, pour une bonne préparation de saison ce serait bien de pouvoir scinder le groupe en deux. Cela permettrait à chacune d’évoluer plus rapidement. Je pense également que disposer d’un terrain complet lorsqu’on est beaucoup ne serait pas mal non plus… maintenant ce sont des sujets qui font déjà débat cette année et qui je l’espère seront réglés d’ici là.

Priscilla Lénaerts – Bruno Philippe – Pauline Marchand